bannière
A la une :

AGS, toujours en F1, mais dans le stage de pilotage

Automobiles Gonfaronnaises Sportives (AGS) est né en 1969, son créateur Henri Julien est un ancien pilote de course. AGS va écumer les circuits en formule renault, puis en Formule 2. En 1984, avec la disparition de la F2 prévue pour 85 remplacée par la F3000 plus chère, germe l'idée de Formule 1 dans l'esprit d'Henri Julien.

C'est chose faite en 1986, AGS fait son entrée en championnat du monde de Formule 1. Le budget est limité, le personnel également, 7 mécanos seulement. Ivan Capelli réussit l'exploit de qualifier la voiture lors des deux Grand Prix de participation de l'équipe lors de cette saison 86. Chez AGS, on a de grands espoirs pour 87.

Henri Julien ne veut prendre aucun risque, la voiture de 87 est une évolution de celle de 86 qui est relativement bien né, il troque son V6 Turbo Motori Moderni peu fiable pour un V8 Ford-Cosworth peu chère et fiable. Pascal Fabre réussis à qualifier sa monoplace à 11 reprises en fond de grille. Pour les deux derniers Grand Prix de la saison, il est remplacé par Roberto Moreno, ce dernier réussis l'exploit de décrocher la 6e place synonyme de point en Australie.

Philippe Streiff, est derrière le volant de la nouvelle AGS en 88, évolution du châssis de 87 simple et efficace. Avec plus de moyens AGS pourrait jouer les points régulièrement.

Pour 1989, Henri Julien voit grand, il vend son écurie à Cyril de Rouvre, une nouvelle usine avec un circuit privé est construite. Une seconde voiture est prévue pour la saison, elle sera confiée à des pilotes payants. La saison commence mal, Philippe Streiff est accidenté et reste paralysé lors d'essais de pré-saison au Brésil. Il est remplacé Yannick Dalmas. AGS a vu trop grand, les pilotes ont du mal à ce sortir des qualifications voir même des pré-qualifications. Gabriele Tarquini réalisera tout de même l'exploit de marquer 1 point au Mexique, ce sera le dernier de l'équipe. C'est peu pour une équipe qui a beaucoup investit.

La situation devient critique en 90, De Rouvre est obligé de s'associer avec l'équipe Oreca pour survivre. Oreca est engagé en F3000. Hugues de Chaunac patron d'Oreca devient Directeur Sportif d'AGS en F1. La nouvelle voiture s'avère encore moins performante que sa devancière. Gabriele Tarquini et Yannick Dalmas restent fidèles à l'écurie. Ils n'arriveront à qualifier leurs voitures qu'à huit reprises à eux deux.

91 signe la pire saison d'AGS, 3 voitures seront construites, mais malgré ça l'écurie ne participera qu'à 3 courses, le reste du temps les pilotes restant coincé en pré-qualifications ou en qualifications. De Rouvre trouvant que l'aventure lui a coûté bien chère pour peu de résultats revend l'écurie à deux hommes d'affaires italiens. En fin de saison AGS est retiré du championnat de F1.

AGS reste dans le monde de la F1, la nouvelle direction de l'écurie a l'idée d'utiliser les voitures et le matériel F1 pour organiser des stages de pilotage F1 à partir de 92 sur son circuit privé. AGS est devenu aujourd'hui l'un des acteurs majeurs des stages de pilotage F1 en France.
Par Admin le 16-10-2017 à 13:27:17
CHAMPIONNAT DE FRANCE FFSA DES CIRCUITS FINALE À SUSPENSE SUR LE CIRCUIT PAUL RICARD !


En Championnat de France FFSA GT – GT4 European Series Southern Cup, les jeux sont grand ouverts en Pro-Am où les duos de tête – Benjamin Lariche-Robert Consani (Ginetta G55 GT4 Speed Car n°8) et Mike Parisy-Gilles Vannelet (Porsche Cayman Clubsport MR GT4 CD Sport n°30) – sont séparés par deux petits points.
 
L’écart est à pleine plus grand dans la catégorie AM avec sept longueurs d’avance pour le leader Stéphane Tribaudini (Ginetta CMR n°111) à l’orée de la finale varoise.
 
Situation tout aussi serrée en Championnat de France F4 puisque Victor Martins, qui a repris les rênes du classement à Barcelone, devance Arthur Rougier de cinq unités.
 
La Porsche Carrera Cup France n’a pas encore livré son verdict non plus, loin de là. Julien Andlauer se présente en tête du classement général avec 10 points d’avance sur Joffrey de Narda et 26 sur Florian Latorre.
 
Assuré du titre en PEUGEOT 308 Racing Cup depuis le meeting de Nevers Magny-Cours le mois dernier, Julien Briché aura à cœur de conclure sa campagne victorieuse en apothéose, lui qui s’est imposé sur tous les circuits visités jusqu’à présent.
 
Après avoir fait un grand pas vers la couronne en Coupe de France Renault Clio Cup dans la Nièvre, Marc Guillot cherchera à transformer l’essai au Castellet mais son principal rival Benoît Castagné ne l’entend pas de cette oreille.
 
Outre les 11 courses estampillées Championnat de France FFSA des Circuits, les spectateurs du Circuit Paul Ricard pourront profiter d’une série d’animations pour une immersion totale dans les coulisses de la compétition. Les fans pourront également découvrir les derniers modèles BMW et Renault via des expositions et des essais routiers.
 
L’entrée week-end sera disponible sur place au prix de 10€, l’accès étant gratuit pour les moins de 16 ans accompagnés d’un adulte détenteur d’un billet, ainsi que pour les abonnés du Circuit Paul Ricard.

Communiqué FFSA
Par Admin le 13-10-2017 à 10:27:12
Championnat de France FFSA de Karting, un week-end disputé !


Le meeting FFSA Karting du Val d'Argenton n'a pas manqué de rebondissements dans toutes les catégories. Le passage pluvieux qui a mouillé la piste dimanche midi a encore rajouté de l'intensité à une compétition qui n'en manquait pourtant pas à la base. Charles Lacaze décrochait ainsi son 3e titre de Champion de France en s'imposant en OK, Paul Loubère était couronné en KZ2 et Marc Berteaux remportait le 1er Championnat de France KZ2 Gentleman des 45 ans et plus après quelques péripéties. Les résultats et le classement final de la KZ2 Master étaient suspendus suite à l'appel déposé par un concurrent.


Le tracé du Val d'Argenton a donné lieu à des bagarres sévères pendant tout le week-end dans les catégories KZ2. Lors de courses très serrées dans lesquelles les dépassements n'étaient pas faciles, erreurs ou incidents ont souvent coûté cher aux prétendants des Championnats de France. Le meeting de la Ligue Poitou-Charente s'est pourtant globalement bien déroulé avec le soutien d'officiels et de bénévoles d'autres régions. Les pneumatiques LeCont montés aussi bien sur les OK que sur les KZ2 ont été appréciés par la majorité des participants, tant sur le sec que sous la pluie, pour leur équité et leur fiabilité.
 

Lacaze, Champion en OK


Le plateau du Championnat de France OK 2017 n'était certes pas très important, mais l'épreuve a pu avoir lieu dans de bonnes conditions. Théo Pourchaire (Kosmic/Vortex), membre de l'Équipe de France FFSA Espoirs Karting et habitué de ce matériel à l'international en était le favori. Il a d'emblée réalisé des performances correspondant à son niveau, mais un incident mécanique majeur interrompait sa progression en préfinale. Charles Lacaze (Top Kart/Parilla) reprenait le flambeau en s'imposant dans les deux courses et coiffait une nouvelle couronne nationale 9 ans après son titre KF2. On avait déjà vu l'Israélien Ariel Levi (Sodi/Vortex) réussir des prouesses au plus haut niveau international de la KZ2. Il a confirmé l'étendue de son talent en affrontant à plusieurs reprises Lacaze. Fait unique dans l'histoire du karting national, il devenait Vice-Champion de France OK devant Théo Pourchaire.
 

Le titre KZ2 pour Loubère


Adrien Renaudin (Sodi/TM) et Enzo Guibbert (Tony Kart/Parilla) étaient avec Hubert Petit (Sodi/TM) les premiers protagonistes du Championnat de France KZ2 au Val d'Argenton. Dimanche matin, la finale 1 allait cependant changer la donne. Au 2e passage, une trace d'humidité laissée par un concurrent provoquait la sortie de piste de Petit, Renaudin et Nelson Bondier (Tony Kart/TM). Pierre Loubère (Praga/Parilla) remportait la course devant Nathan Hedouin (FA Kart/Vortex) et Kevin Breysse (Formula K/Parilla). Loubère confirmait sous la pluie par une seconde victoire en finale 2 face à Guibbert et Charles Fiault (Sodi/Parilla). Disputée en pneus pluie sur une piste séchante au niveau de la trajectoire principale, la finale 3 offrait à Hédouin l'occasion de conclure sur une victoire. Alors qu'il était en tête, Guibbert était en effet parti en tête-à-queue au début de la course. Loubère tentait de détrôner Hédouin, mais préférait finalement assurer son titre en 2e position devant Fiault. Le tiercé gagnant de la dernière course était aussi celui du Championnat de France.
1- Pierre Loubère – 287 points
2- Nathan Hédouin – 250 points
3- Charles Fiault – 215 points
4- Kevin Breysse – 201 points
5- Enzo Guibbert – 200 points
 

Avantage pour Le Brigand en KZ2 Master


Yoann Sanchez (Sodi/TM) paraissait bien installé aux commandes du Championnat de France KZ2 Master (pilotes de 32 ans et plus) après sa pole position et ses trois victoires de manche. Il devançait alors Vincent Fontenille (CRG/Vortex) et Grégory Guilvert (Birel ART/TM). Stephen Nuvolini (Sodi/TM) passait en tête au tout début de la finale 1. Un contact avec Sanchez éliminait celui-ci et valait à Nuvolini une disqualification qu'il contestait en faisant appel. Il ne remportait pourtant pas la course à cause d'une pénalité de spoiler et c'est Johan Renaux (CRG/Parilla) qui gagnait devant Julien Le Brigand et Jean-Philippe Ligier (Birel ART/TM). Le Brigand s'imposait magistralement sous la pluie dans la finale 2, talonné par Nuvolini, alors que Nicolas Binet (RK/TM) prenait la 3e place devant Renaux. La 3e et dernière finale se déroulait en pneus slicks et Nuvolini s'imposait cette fois face à Le Brigand et Renaux, Jean-Christophe Rozez (RK/Parilla) signant une belle 4e place. Si le Champion de France KZ2 Master n'est pas encore connu officiellement, Le Brigand est le mieux placé pour remporter le titre.
 

Berteaux couronné en KZ2 Gentleman


Les pilotes Gentleman de 45 ans et plus courraient en même temps que les KZ2 Master. Benoit Portmann (Birel ART/TM) signait la pole position et Bruno Benabent reprenait l'avantage à l'issue des manches qualificatives. Portmann n'était plus dans la course après un incident au départ de la finale 1 et c'est Marc Berteaux qui l'emportait face à Franck Lassalas (Sodi/TM) et Christian Ruffa (Maranello/TM). Berteaux consolidait son ambition en gagnant aussi la finale 2 alors que Ruffa et Lassalas s'échangeaient les places. Berteaux calait cependant sur la grille de la finale 3 et reprenait sa place sans penser aux conséquences. Il était en effet arrêté au drapeau noir peu après pour cette raison. Benabent en profitait pour décrocher la victoire devant Lassalas et Ruffa. Au cumul des trois courses, Marc Berteaux devenait malgré tout Champion de France KZ2 Gentleman 2017 avec 267 points, suivi par Franck Lassalas (245 points) et Bruno Bénabent (237 points) qui terminait à égalité avec Christian Ruffa.

Communiqué FFSA
Par Admin le 09-10-2017 à 11:35:54
Ce week-end c'est le Dijon Motors Cup


La passion de la voiture de compétition ancienne n’a pas de frontières. Pour preuve, les pilotes sont venus ce week-end d’une vingtaine de pays différents pour l’assouvir sur le tracé de Dijon Prenois. Les spectateurs de la Dijon Motors Cup pourront encore profiter de leur présence dimanche.

International Historic F2 HSCC : Depuis une dizaine d’année, le club britannique HSCC a la charge du principal championnat dédié aux anciennes Formule 2, aujourd’hui promu au rang de série internationale agréée par la FIA. Son édition 2017 s’achève ce week-end à Dijon après avoir successivement visité les circuits de Donington, du Nürburgring, de Nevers Magny-Cours (lors du GP de France historique) et d’Oulton Park. Un calendrier auquel s’est également ajoutée une  troisième date française, hors championnat, à l’occasion du GP de Pau. L’année butoir des monoplaces qui y sont admises se situe volontairement à 1978, ceci afin d’éviter l’entrée en scène des F2 à effet de sol de la génération suivante. Les courses de cette année ont réuni en moyenne de 15 à 25 monoplaces, pour un total de 45 pilotes inscrits.


Youngtimer Touring Car Challenge : Créé il y a 25 ans aux Pays Bas, le YTCC accueille un très large panel de GT et voiture de Tourisme des années 60 à 80, qui doivent conserver leur configuration et évolutions d’époque. Avant son rendez-vous bourguignon de fin de saison, cette série à consonance internationale avait seulement réuni ses troupes sur trois autres circuits cette année : Hockenheim, Copenhague et Spa. Particularité de l’YTCC, il ne donne pas lieu à un championnat sur l’année. On le retrouvera notamment au Mans et à Charade en 2018.

Communiqué FFSA
Par Admin le 08-10-2017 à 13:28:08
Classement BossGP
Rang
Pilote
Equipe
Pts
1
Johann Ledermair
Ledermair Motorsport (FORMULA)
247
2
Salvatore De Plano
MM International Motorsport (FORMULA)
243
3
Mahaveer Raghunathan
PS Racing by Coloni (FORMULA)
241
4
Ingo Gerstl
TOP Speed (OPEN)
175
5
Armando Mangini
MM International Motorsport (FORMULA)
130
6
Florian Schnitzenbaumer
TOP Speed (FORMULA)
110
7
Wolfgang Jaksch
F Xtreme Racing Team (OPEN)
107
8
David Moretti
Griffith's (FORMULA)
94
9
Christian Eicke
Speed Center (FORMULA)
93
10
Karl-Heinz Becker
Becker Motorsport
77
11
Walter Steding
Inter Europol Competition (FORMULA)
74
12
Marc Faggionato
Zig-Zag
74
13
Rinus van Kalmthout
Mansell Motorsport (OPEN)
69
14
Phil Stratford
Penn Elcom Racing (OPEN)
69
15
Henk de Boer
De Boer Manx (FORMULA)
66
16
Peter Göllner
Speed Center (FORMULA)
64
17
Wolfgang Jordan
H&A Racing (FORMULA)
44
18
Veronika Cicha
H&A Racing (FORMULA)
39
19
‘PETER’
Easy Formula
26
20
Klaas Zwart
Team Ascari (OPEN)
25
21
Marijn van Kalmthout
Mansell Motorsport (OPEN)
22
22
Bernd Herndlhofer
[H&A Racing (OPEN)]
22
23
Patrick D’Aubreby
Griffith's (OPEN)
18
24
Martin Kindler
Jenzer Motorsport
17
25
Andreas Fiedler
Fiedler Racing (FORMULA)
16
26
Bruno Navarrete
Griffith's (FORMULA)
15